Personnalités - Chefs de musique

Gustave Wettge :

naît le 21 juillet 1844 à Condé-sur-Escaut. Son père était un flûtiste remarquable, musicien gagiste au 8e régiment d'infanterie légère, originaire de Gruningen du Grand-duché de Hesse-Darmstadt. Le fils aîné, Léon, était chef de musique au 3e régiment du génie ; Charles, médaillé pour action d'éclat à Sedan, et lieutenant dans l'armée de la Loire, était chef de musique au 122e régiment d'infanterie, quand la mort le prit en 1897. Louis était un excellent chef de musique des mines du Vieux-Condé. Gustave commença le piano à l'âge de 4 ans avec son père, puis avec son frère aîné.

Wettge

Il se perfectionna avec M. Emile Jonas, prix de Rome et professeur des classes militaires au Conservatoire. Le 20 novembre 1862, à 18 ans, il rejoint le 78e régiment de ligne comme engagé volontaire, puis passe musicien de 1re classe le 12 décembre 1862. Le 14 mai 1865, il rejoint la musique du 100e de ligne en tant que sous-chef, puis passe à celle du 78e de ligne le 13 août 1871. Lauréat du concours de chef de musique, il rejoint sa formation au 109e régiment d'infanterie le 13 février 1873, avant de partir pour Versailles le 26 mars 1884, à la musique du 1er régiment du génie.

En 1884, il passe le concours de chef de musique de la Garde Républicaine afin de succéder à Adolphe Sellenick. Il enleva le concours à l'unanimité du jury, composé de MM. Ambroise Thomas, Jules Massenet, Ernest Guiraud, Charles Lenepveu, Emile Jonas, Théodore Dubois, Jules Duprato, Léon Gastinel et Camille Saint-Saëns, parmi 20 autres candidats !! Le concours se déroulait sur trois jours, les candidats devant effectuer une composition d'harmonie sur un chant donné et sur une fugue ; une composition de quatre mesures de chant à développer ; et une orchestration de deux compositions.

Pour son départ, les habitants de Versailles lui offrirent par souscription, deux palmes d'or ; la municipalité fit frapper à son intention une médaille d'or. Quant aux musiciens, ils lui offrirent un vase de Sèvres avec une inscription élogieuse à leur regretté chef. Il comptait à ce moment là vingt-deux années de services et deux campagnes : celles d'Allemagne (1870-71) durant laquelle il est fait prisonnier pendant six mois, et d'Algérie (1872-72).

Condé (1888)

Il occupa le poste à la Garde Républicaine jusqu'en 1892, année où il prit sa retraite. Il était aussi membre de la Commission d'examen du Conservatoire, officier d'académie depuis 1885, et chevalier de la Légion d'honneur depuis le 14 juillet 1886.

Il composa énormément d'œuvres durant sa longue carrière, la plus connue étant surement le Défilé de la Garde Républicaine en 1890, toujours éxécutée lors des défilés de l'arme. Il mourut le 24 mai 1909 à Bois-Colombes.

Défilé de la Garde Républicaine (1890)

Lien vers la Bibliothèque Nationale de France

Retour à « Personnalités - Chefs de musique »